François Mongeau 2019-05-27T14:32:34+00:00

Du contenu dans les contenants

Diplômé en philosophie et en littérature, François Mongeau a fait ses classes dans les agences de publicité avant de faire le saut du côté des pigistes. C’est sur le terrain qu’il a appris son métier de communicateur : d’abord comme rédacteur, puis concepteur-rédacteur, puis stratège en communications B2B et B2C.

Réputé pour jouer de la plume comme d’autres du saxo, il se fait aussi le gardien du sens et de la cohérence en grondant ses clients lorsqu’ils oublient que les contenants sont faits pour porter des contenus intelligents et méritoires. Il a horreur du vide et ses clients le savent.

Montréalais d’origine, il a aussi vécu à Québec avant de s’établir en France. C’était en 2010 : il s’y trouve encore et sert autant des entreprises québécoises que françaises. Pour les Français, il est un latin d’Amérique qui apporte une vision et une couleur différentes du marketing et des communications. Pour les Québécois, il est un original qui avait un projet et qui a eu le courage de le réaliser.

Le communicateur

En trente ans de carrière, il a travaillé pour des entreprises de toutes tailles et de tous secteurs d’activités. Il a positionné des entreprises, des organisations, des produits, des services. Il a bâti des plans de communications. Il a créé des marques. Il a conçu des campagnes de publicité et de promotion. Il a rédigé des brochures, des dépliants, des sites web, des dossiers de presse, des rapports annuels, des discours. Il a scénarisé des présentations audiovisuelles. Il a même positionné des agences de publicité et des consultants en marketing. Puis rédigé leurs brochures, puis les textes de leurs sites.

Que dit-on le plus souvent de François Mongeau ? Qu’il saisit et comprend plus vite que son ombre, quel que soit le secteur d’activité de l’entreprise. Qu’il sait analyser les choses dans leur contexte. Que ses stratégies de communication sont réfléchies et cohérentes. Qu’il va toujours droit au but. Qu’il parle peu, mais que lorsqu’il parle ce n’est jamais pour rien dire. Qu’il trouve toujours le bon argument et la bonne façon de le présenter, de le formuler.

L’auteur

En 2004, le communicateur devenait auteur : la maison d’édition Alain Stanké publiait L’empêcheur, roman signé sous un pseudonyme. D’autres écrits se sont succédé, toujours sous ce même pseudonyme : Le parachute de Socrate chez Hurtubise HMH (2004), La deuxième vie de Clara Onyx chez Septentrion (2008), puis Onze nouvelles (2010), Condamné à mots (2012) et Appel à témoins (2018) en numérique chez ÉLP Éditeur.

Dans L’empêcheur, un petit groupe de personnes est séquestré dans un manoir coupé du monde dont le sous-sol a été aménagé en hôpital pour prendre soin d’un vieillard plongé dans le coma depuis plus de deux mille ans.

Dans Le parachute de Socrate, un bonze du marketing, arrogant et cynique, présente à une multinationale de la chaussure la stratégie à adopter pour transformer à jamais le citoyen en simple portefeuille. Critique de la consommation, ce roman a été étudié en classes de sociologie.

Dans La deuxième vie de Clara Onyx, un phénomène naturel a causé l’inversion du sens de rotation de la Terre et de là du temps. Les humains rajeunissent, les défunts ressuscitent, les arbres dépoussent. Un retour en arrière qui n’a rien de rigolo.

Dans Onze nouvelles, le lecteur est déstabilisé par des personnes et des situations qui toujours interrogent ses valeurs. L’une d’elles, La filature, a obtenu le prix de prose 2009 de la Fondation lavalloise des lettres (Laval, Québec).

Dans Condamné à mots, un homme a attrapé l’écriture, maladie considérée honteuse. Pour tenter de le guérir, son médecin lui prescrit la cohabitation avec deux autres malades, l’un atteint de sculpture, l’autre de peinture.

Dans Appel à témoins, un homme décide de tout quitter. Avant de quitter, il poste une série de lettres aux membres de sa famille et à ses proches. Dans toutes ces lettres, il dit pourquoi il change de vie et ce qu’il compte faire, mais toutes les lettres se contredisent quant à ses motivations et ses intentions.